Tome 2 : Le Cadavre Rieur

 

Couverture française Edition Milady

 

TITRE: Le Cadavre Rieur

AUTEUR: Laurell K. Hamilton

EDITEUR: Pocket Terreur n°9278, Fleuve Noir et Milady

 

RESUME:

Savez-vous ce qu’est une « chèvre blanche » ? Et bien, en jargon vaudou, c’est un doux euphémisme pour désigner la victime d’un sacrifice humain. Et quand ces types sont venus me demander de relever un mort de 200 ans et des poussières, j’ai tout de suite compris ce que çà impliquait. Je veux bien égorger des poulets, un mouton, voire un buffle dans les cas désespérés…mais çà non ! Pas question…

Alors je les ai envoyés promener, eux et leur chèque d’un million de dollars. L’ennui, c’est que tout le monde n’a pas mon sens moral, que ces salauds vont bien dégoter quelqu’un pour faire le boulot. On va se retrouver avec un mort vivant raide dingue, tout sauf végétarien et semant la panique. Et que c’est encore la petite Anita qui va devoir se le coltiner !

Comme si je n’avais pas déjà assez de problèmes avec les vampires…

 

NOTRE AVIS:

Entre zombies et vaudou. Ce deuxième tome me semble moins réussi que le premier. L’humour est moins présent et l’histoire semble un peu tirée par les cheveux. De nombreuses créatures de toutes sortes font leur apparition et causeront bien du soucis à notre petite Anita et à la police.

Ce tome nous offre quand même l’occasion de découvrir un peu mieux la vie quotidienne d’un releveur de mort et Anita montre ici un visage plus humain, plus vulnérable. Evidemment Jean-Claude est également de la partie, bien déterminé à offrir de nouvelles « marques » à Anita pour qu’elle devienne sa servante humaine. Finalement, les passages réunissant Jean-Claude et l’Exécutrice sont les plus intéressants et nous font mieux comprendre le statut de maître vampire d’une ville et le rôle de sa servante humaine.

 

PERSONNAGES

* ANITA BLAKE: Et de deux pour notre releveuse de morts préférée! Dans ce bouquin, Anita nous fait un peu mieux découvrir son quotidien et son boulot atypique. Elle nous montre ici sa morale à toutes épreuves face aux agissements de certains réanimateurs peu scrupuleux.

Anita nous montre aussi un visage plus vulnérable, elle exprime ses craintes et ses peurs face au vaudou et à sa propre magie. On la découvre fragile lorsqu’elle est attaquée par une horde de zombies mandatés par la plus célèbre sorcière de la ville. Son désarroi face à certaines révélations de celui qu’elle considère comme son mentor est bouleversante. On en apprend davantage sur son enfance et les circonstances dans lesquelles elle a découvert son don de releveuse de mort.

Malgré tout ces évènements, elle garde la tête froide face à Jean-Claude et refuse toujours catégoriquement toutes ces propositions pour devenir sa servante humaine. Elle avoue à plusieurs reprises son trouble face au maître vampire et lui demandera même de lui servir de garde du corps pour sa patrouille dans le quartier chaud de la ville. Finalement, après toutes ces expériences traumatisantes, Anita prendra conscience de ses immenses pouvoirs de nécromancienne.

* JEAN-CLAUDE: Nous retrouvons notre beau vampire promu Maître vampire de Saint Louis. Il cherche par tous les moyens à rencontrer Anita (qui cherche par tous les moyens à l’éviter) pour finir son oeuvre et la faire devenir définitivement sa servante humaine. Utilisant tous ces charmes pour faire craquer la petite releveuse, il voit pourtant toutes ses avances sans cesse repoussées car Anita ne désire pas corrompre son âme même pour la vie et le jeunesse éternelle ou …pour le corps de Jean-Claude.

Il accompagne Anita à la « Côtelette » pour lui servir de garde du corps et se révèle charmant et attentif envers les souhaits d’Anita. Nous en apprenons également davantage sur les pouvoirs de la servante humaine et sur ceux qu’ils procurent à son maître vampire.

* DOLPH STORR: Toujours flic à la BRIS, notre grand inspecteur baraqué! Il demande encore une fois de l’aide à Anita pour une étrange affaire de morts très violentes, apparemment réalisées par un zombie fou. Anita l’aide à découvrir quel réanimateur aurait été suffisamment puissant pour relever un tel mort.

* DOMINGA SALVADOR: dite la Segnora. C’est la plus grande prêtresse vaudou du Midwest. Elle pratique d’étranges expériences sur les zombies. Cette personne fait froid dans le dos et se ligue contre Anita quand celle çi refuse de collaborer avec elle pour augmenter son pouvoir. Elle abrite chez elle un tas de monstres terrifiants.

* MANNY RODRIGUEZ: Collègue de travail d’Anita, il a 52 ans. Il fut en quelque sorte son mentor car c’est lui qui lui a appris « le métier » . Anita lui a toujours fait confiance pourtant, un gros mensonge sur le passé de Manny existe entre eux.

* JOHN BURKE: Cet homme à la réputation d’être le plus grand réanimateur et le plus grand tueur de vampires de La Nouvelles Orléans et prêtre vaudou à ses heures perdues.

* IRVING: Toujours journaliste, lycanthrope, il donne pas mal d’informations sur Harold Gaynor, l’homme qui a proposé 2 millions de dollars à Anita pour relever un mort de plus de 200ans (à l’aide d’une victime humaine). Il accompagne l’Exécutrice dans son enquête, souhaitant rencontrer et interviewer le nouveau maître vampire de la ville.

* WANDA LA PARA: Prostituée paraplégique, elle officie à la « Côtelette », le quartier le plus chaud de la ville. Ancienne amante de Harold Gaynor, Anita ira l’interroger avec Jean-Claude pour apprendre la vérité sur son passé et les tendances perverses de Gaynor.

On retrouve également d’autres personnages récurrents comme Ronnie, Willie Mccoy, Zerbrowski, Edward, Dave,…

CITATIONS

« Tu es la femme la plus obstinée que j’ai jamais rencontré » – « C’est le plus beau compliment que vous m’ayez fait »  Anita Blake et Jean Claude

« Je déteste qu’on se paye ma tête. La colère balaye la peur. J’aime bien cette émotion, elle me rend courageuse et stupide » Anita Blake

« Si je dois choisir entre vous et moi, je n’hésiterais pas une seconde. » – « Je te crois, mais dis-toi bien que je survivrai à ta mort. Pourrais-tu survivre à la mienne? » – « Maudit soyez-vous, Jean-Claude » – « C’était déjà fait longtemps avant que je te rencontre. » Anita Blake et Jean Claude

« Je n’oublie jamais que vous êtes un mort vivant, Jean Claude. » Une expression indéchiffrable dansa sur son visage. Ca aurait pu être de la douleur. – « Je le vois dans tes yeux, » dit-il sur un ton qui n’était plus séducteur mais presque humain. « ls sont les miroirs les plus limpides que je connaisse, ma petite. Chaque fois que je me fais des illusions ou que je commence à me leurrer sur ma véritable nature…tes yeux me rappellent à la réalité. » Anita Blake et Jean-Claude

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *