Le Sang et l’Or

Couverture

TITRE: Le Sang et l’Or

AUTEUR: Anne rice

EDITEUR: Plon (grand format) et Fleuve Noir (poche)

RESUME:

Résumé de l’éditeur:

De tous les vampires imaginés par Anne Rice, Marius est saris doute le plus  » civilisé « , le plus raffiné.

Philosophe et artiste, mentor de Lestat et Armand qui, comparés à lui, font figure d’enfants turbulents, gardien d’Enkil et Akasha, il émane de lui une sorte de sagesse et de sérénité. Peut-être cela s’explique-t-il par le fait qu’il a été un témoin privilégié de la grandeur et de la décadence de l’Empire romain, assisté à l’épanouissement de Constantinople, puis découvert la Renaissance italienne. Mais quelqu’un de cette stature ne peut que se faire des ennemis.
Car il y a aussi, parmi les vampires, des barbares, assoiffés de sang, qui commencent à se réclamer de Satan…

Anne Rice n’est pas seulement l’auteur qui a révolutionné le fantastique avec ses Chroniques des vampires en apportant au genre sensualité et démesure, c’est aussi quelqu’un qui a construit patiemment, méthodiquement, un univers cohérent, de plus en plus riche et complexe, et étrangement convaincant.

Résumé:

Le temps guérit toutes les blessures, à moins que, bien sûr, vous ne soyez un vampire.

Les coupures peuvent guérir, les brûlures disparaissent, les membres rattachés, mais pour un « dieu du sang », les blessures du cœur restent ouvertes pour des siècles .

Donc, cette fois, c’est au tour de Marius, le savant amoureux et souvent mentionné par Anne Rice. Nous avons déjà entendu une partie de son histoire dans les volumes précédents des Chroniques du Vampire, mais jamais de manière aussi complète et jamais de ses propres lèvres.

Dans « Blood and Gold », Anne Rice nous parle de la vie et du caractère de Marius, le Solitaire, le Désillusionné, l’Ecœuré, le vampire âgé de 2000 ans mais qui possède toute la conviction d’un homme mortel.

Transformé dans sa Rome bien-aimée alors qu’il est à la perfection de sa vie, il est forcé de vivre dans la solitude en tant que gardien de la reine et du roi des vampires. Marius n’a jamais pardonné l’injustice de sa mort. Des milliers d’années plus tard, il bouillonne encore de tout ce qu’il a perdu.

L’immortalité pour Marius est une bénédiction et une malédiction, il est le témoin de l’humanité avec tout ce qu’elle a de splendide et de beau. Il reste cependant incapable de s’engager dans une relation, de prendre part aux rapports humains.

Les nouveaux lecteurs des Chroniques auraient peut être souhaité un héros moins introspectif, mais les légions de fans dévoués de Anne Rice reconnaîtront « Blood and Gold » pour ce qu’il est: une chanson d’amour à Marius le Vagabond dont l’histoire révèle les complexités et les limites de l’existence éternelle.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *